Rechercher
  • Aurélie

Quand la grossesse n’arrive pas... A quel moment et qui consulter ? A quoi s’attendre ?

Mis à jour : juil. 24


Ça y est, vous vous sentez prêts à devenir parents ! Avant même de vous lancer dans les essais bébés, il est conseillé d’en parler à votre médecin généraliste ou à votre gynécologue qui pourra vous faire un bilan de santé pour mettre toutes les chances de votre côté.


Le bilan de préconception


Le but de cette visite sera de vous donner de l’information sur la conception et la grossesse, mais aussi de faire le point sur vos antécédents de santé personnels et familiaux afin d’identifier les problèmes qu’il faudrait éventuellement traiter ou tout au moins prendre en compte avant d’envisager une grossesse. Voici les différents points qui pourront être abordés lors de cette visite ainsi que les examens qui pourront être réalisés :


  • Identifications des facteurs de risques

Lors du rendez-vous, votre médecin fera le point sur différents facteurs de risques qui pourraient rendre plus difficile (mais pas impossible !) votre désir d’enfant : l’âge de la future maman (moins de 18 ans et au-delà de 35 ans), son poids (IMC inférieur ou égal à 17,5 kg/m2 et supérieur ou égal à 40 kg/m2 pour obésité morbide), son activité physique, son alimentation ou encore d'éventuelles addictions.

Il fera également le point sur les facteurs individuels et sociaux, la vulnérabilité émotionnelle (rupture, deuil, isolement), les situations de précarité ou de maltraitance ainsi que sur les éventuels risques professionnels (exposition avérée à des produits toxiques ou tératogènes par exemple).

Parmi les antécédents personnels qui seront abordés figurent les antécédents chirurgicaux ou gynécologiques, comme les pathologies ou malformations du système reproducteur, et les antécédents obstétricaux, liés à une grossesse précédente, un accouchement, ou un problème touchant le nouveau-né (en particulier les défauts de fermeture du tube neural).

Il prendra également en compte vos antécédents familiaux, les pathologies génétiquement transmissibles ou entraînant une incidence accrue dans la descendance (proches au 1er degré).


  • Maladies chroniques et traitements susceptibles d’impacter une grossesse

Certaines pathologies peuvent, si elle ne sont pas traitées, entraîner des difficultés à concevoir. C’est le cas par exemple de l’asthme, des problèmes de thyroïde, ou encore des maladies inflammatoires digestives. L’hypertension artérielle est quant à elle une maladie qui peut impacter la qualité du sperme chez l’homme. En cas de doute, votre médecin pourra vous faire les dépistages nécessaires. Et si vous êtes concernés par une maladie chronique ou prenez des médicaments régulièrement, il pourra vous proposer un suivi spécifique et modifier certains traitements qui sont contre-indiqués en cas de grossesse.


  • Mise à jour de la vaccination

Cette visite peut aussi permettre de faire le point sur vos vaccinations et de les mettre à jour si nécessaire, notamment celle contre le tétanos-diphtérie-polio-coqueluche.


  • Prise de vitamines prénatales

Une alimentation variée permet en général à elle seule de couvrir les apports nécessaires en vitamines. Les autorités sanitaires françaises recommandent toutefois un apport d’acide folique quatre semaines avant la conception, à raison de 400 microgrammes par jour, et de continuer jusqu'à la 12ème semaine d’aménorrhée. Votre médecin vous conseillera sur la prise d’acide folique en fonction de votre cas. Sachez que vous pouvez également augmenter votre apport en folate en mangeant les aliments suivants : foies d'animaux, légumes à feuilles vertes, légumineuses ou encore fruits secs à coque.


  • Examen clinique

Un examen clinique peut accompagner cette visite avec la mesure de la pression artérielle, du poids, de la taille, et le calcul de l’indice de masse corporelle. Un examen gynécologique peut être pratiqué avec une palpation des seins et un frottis cervical de dépistage, si ce dernier date de plus de 2 à 3 ans.


  • Tests sanguins

Une prise de sang peut être prescrite pour déterminer le groupe sanguin de la future maman, faire les diagnostics sérologiques de la toxoplasmose et de la rubéole.

On peut également proposer à la femme ou au couple une sérologie pour les maladies sexuellement transmissibles comme le VIH, l’hépatite B ou la syphilis.


Une fois le bilan de préconception fait, c’est parti pour la grande aventure des essais bébé. A la fin du premier mois, vous guettez peut être impatiemment le premier signe de grossesse... Si pour certaines le test sera tout de suite positif, pour beaucoup c’est raté, les règles arrivent, le test de grossesse est négatif, c’est la déception. Les premiers mois on se rassure, après tout c’est normal que cela ne marche pas tout de suite ! Oui mais voilà : si au fil du temps chaque essai se solde par un échec, le désespoir peut commencer à s’installer. Que faire ? On entend souvent qu’il faut attendre un an ou deux avant de consulter. Un an quand on est prêt, là maintenant tout de suite, c’est extrêmement long ! Est-ce qu’il faut vraiment attendre autant ?


Quand et qui consulter ?


On conseille généralement de consulter un médecin s’il n’y a pas de grossesse après 12 mois de rapports réguliers non protégés pour les femmes de moins de 35 ans et après 6 mois pour les femmes au delà de 35 ans.


Vous pouvez néanmoins consulter sans attendre s'il existe un problème de l'appareil reproducteur connu ou suspecté. Que ce soit chez la femme (malformation utérine, endométriose, cycles irréguliers…) ou chez l’homme (malformation génitale, troubles de l’érection ou de l’éjaculation...).


Pour ce premier rendez-vous, il est recommandé de consulter son gynécologue habituel qui réalisera un bilan de fertilité et pourra si nécessaire vous orienter par la suite vers un spécialiste de l’infertilité.


Le bilan de fertilité


Il est important de préciser que les deux partenaires doivent participer à ce bilan car les statistiques montrent que les causes d’infertilité concernent aussi bien les hommes que les femmes.


  • L’entretien


Le médecin fera tout d’abord le point sur vos essais bébé notamment la date d’arrêt de la contraception et la fréquence des rapports. Il procédera ensuite à l’identification des facteurs de risques d’infertilité si cela n’a pas déjà été fait lors d’un bilan de préconception (voir ci-dessus).


  • L’examen clinique


Comme pour le bilan de préconception, un examen gynécologique peut être pratiqué chez la femme avec une palpation des seins et un frottis cervical de dépistage, s’il date de plus de 2 à 3 ans. Chez l’homme un examen n’est en général pas réalisé à ce stade, il sera prévu en cas d’anomalie du spermogramme.


A l’issue de ce premier rendez-vous des examens complémentaires seront prescrits en fonction des résultats de l’entretien et de l’examen clinique.


  • Les examens complémentaires pour la femme


- Courbe de température Pendant 2 à 3 mois il faudra prendre sa température tous les matins à partir du 1er jour des règles. Cela permettra au médecin de voir s’il y a ou non une ovulation.


- Bilan hormonal Il s’agit d’une prise de sang réalisée à un moment précis du cycle pour doser différentes hormones (œstradiol, progestérone, LH, FSH, prolactine et hormone anti–Mullérienne AMH qui est un marqueur de la réserve ovarienne en follicules…). Ce bilan permet de détecter certaines anomalies du fonctionnement ovarien ou de l'hypophyse.


- Echographie pelvienne Réalisé par voie endovaginale cet examen permet d’évaluer la réserve ovarienne en effectuant un comptage des follicules antraux mais aussi de détecter certaines anomalies. Ces anomalies peuvent concerner le fonctionnement ovarien (kystes...) ou utérin (malformations, fibrome, polypes, endométriose...).


- L’hystérographie ou hystérosalpingographie Cet examen radiologique consiste à injecter un produit de contraste par le col de l’utérus pour visualiser l’utérus et les trompes de la patiente. Cela permet de vérifier que les trompes ne sont pas bouchées et permet également de détecter certaines anomalies de l'utérus (fibrome, polypes, utérus cloisonné...). Dans le cas d’une infertilité masculine sévère qui conduirait directement à une FIV avec micro-injection intracytoplasmique (ICSI) cet examen ne sera pas fait, les trompes n’étant pas sollicitées.

- L’hystéroscopie Cet examen consiste cette fois à explorer l’utérus de l’intérieur en introduisant dans le col de l’utérus un très fin instrument optique. La réalisation de cet examen dépend du médecin, si certains le proposent systématiquement d’autres ne le prescrivent qu’en seconde intention.


  • Les examens complémentaires pour l’homme


- Le spermogramme Cet examen a lieu en laboratoire et consiste à recueillir du sperme par mastubartion pour l’analyser au microscope. Le nombre de spermatozoïdes, leur mobilité et leur forme seront étudiés pour détecter d’éventuelles anomalies.


  • Les examens complémentaires pour le couple


- Le test de Hühner ou test post-coïtal Ce test consiste à prélever de la glaire cervicale au cours d'un examen gynécologique. Il est réalisé environ 8 heures après un rapport sexuel lui même programmé au moment de l’ovulation. La glaire cervicale est sécrétée au moment de l’ovulation par le col de l’utérus pour permettre aux spermatozoïdes de remonter dans l’utérus. Le test permet de vérifier la qualité de la glaire mais aussi la présence de spermatozoïdes et leur survie dans celle-ci.

D’autres tests plus poussés pourront être prescrits si nécessaire, aussi bien pour la femme que pour l’homme. A l’issue de ces différents examens le médecin établira un diagnostic d’infertilité. Parfois la cause peut être simple et facilement corrigée en revanche si ce n’est pas le cas un recours à l’assistance médicale à la procréation (AMP) pourra vous être conseillé.



Podcasts à écouter

Vous voulez en savoir plus sur ce sujet, nous vous conseillons les épisodes suivants



Pour en savoir plus

Découvrez notre glossaire de la PMA et de l’infertilité sur notre compte Instagram @alorscestpourbientotpodcast



0 vue

©2020 by Alors C'est Pour Bientôt ?

  • ACPB sur Spotify
  • ACPB sur Google Play
  • ACPB sur Pocket Cast
  • Alors C'est Pour Bientôt sur Castro
  • Alors C'est Pour Bientôt sur Stitche
  • Alors C'est Pour Bientôt Soundcloud
  • Alors C'est Pour Bientôt sur Player
  • Alors C'est Pour Bientôt Overcast